• Facebook
  • Instagram
  • Twitter
  • YouTube

Nos actions

« Je suis seul toute la semaine, alors juste un bonjour ou un sourire ça fait du bien. La solitude c’est aussi dur que la faim ou le froid, ça fait mal différemment. Moi je reste assis sans savoir où aller, c’est horrible, Je suis content de vous voir chaque samedi, c’est tellement important. En pensant à moi, vous rechargez mes batteries »

Maraudes

L'hébergement citoyen

Nous menons des maraudes dites « sociales », tous les samedis. Nous distribuons café, thé, soupe, et sandwiches, mais c’est en réalité un moyen d’établir le premier contact, d’amorcer la conversation, et de créer un échange convivial. On prend le temps d’un thé, d’une cigarette, d’une partie de carte ou de blind test, mais l’objectif est surtout d’être présent, à l’écoute, échanger des sourires, prendre une main et surtout offrir une conversation… Ces conversations comptent beaucoup pour les femmes, les hommes et les enfants en situation d’exclusion. 

Après un travail de fond de quatre ans et plus de 1900 litres de soupe distribués par les quelques 450 bénévoles, nous sommes maintenant devenus un rendez-vous hebdomadaire pour certains sans-abris. Le but de l’association est de développer le lien social entre sans-abris et habitants d’un même quartier.

Nous avons réussi à créer un lien social et de confiance avec une soixantaine de bénéficiaires dans le 13ème arrondissement et une quarantaine dans le 15ème. 

En plus d’apporter chaleur humaine et convivialité, nous essayons au mieux de suivre leur situation.

Nous établissons une relation d’égal à égal, d’amitié, créant ainsi un lien de confiance qui nous permet de les orienter, parfois accompagner, vers des structures professionnelles ou les services sociaux de la ville de Paris. 

Au cours de nos maraudes, nous prenons aussi des commandes de vêtements, produits d’hygiène, ou autres (radio, livres, couvertures…) et essayons de les apporter la semaine suivante. 

 

Les maraudes sont ouvertes à tout le monde, sur simple inscription. 

Il n’y a pas d’obligations en termes de fréquence, chacun peut participer selon ses disponibilités et ses envies. 

 

Nous espérons pouvoir couvrir d’autres arrondissements dans les années à venir.

La question du logement, qu’il soit pérenne ou d’urgence, est un enjeu fondamental pour mettre fin à l’exclusion sociale. L’étude Housing first, réalisée au Canada a montré que l’obtention d’un logement est le point de départ nécessaire et fondamental pour la réinsertion d’une personne en exclusion.

Au cours de nos maraudes, nous avons pris conscience des difficultés pour obtenir une place dans un foyer, ou dans les centres d’hébergement d’urgence. 

Au vu du manque de place dans les foyers d’hébergement d’urgence et plus encore dans des structures d’hébergement pérennes,  Dans ma rue a souhaité s’investir de la question du logement. 

Inspiré par l’association Réfugiés bienvenus et le collectif Merci pour l’invit !, Dans ma rue a réalisé ses premiers hébergements citoyens en janvier 2018. Il suffirait seulement qu’un tiers des foyers en France, héberge un sans-abri, une seule nuit par an, pour que plus personne ne dorme dehors. Des parisiens ont prêté leur appartement ou ont accueilli chez eux des bénéficiaires de l’association sur des durées temporaires, supérieures à 10 jours et déterminées. 

Des propriétaires ont également mis à disposition de Dans ma rue leurs chambres de bonne, non louables, (d’une superficie inférieure à 9m²), pour une durée indéterminée. Ce type d’hébergement présente des avantages certains face aux autres contrats d’hébergement temporaires : c’est un hébergement de longue durée, sans interruption, qui permet à la personne hébergée d’être totalement indépendante et autonome et ainsi de se sentir plus chez soi qu’hébergé chez quelqu’un. 

Durant toute la durée d’hébergement, des bénévoles de Dans ma rue réalisent un suivi régulier des hébergés mais aussi des hébergeurs afin de s’assurer du bon déroulement de l’hébergement, et accompagnent les hébergés dans leurs démarches administratives et sociales. 

Si vous souhaitez plus d’information, ou si vous possédez une chambre de bonne non occupée et que vous souhaitez qu’elle devienne le tremplin vers la réinsertion d’une personne sans abris, contactez-nous (avec lien vers la page de contact)