Présentation du dispositif

Ses Origines

Après quatre années d’échanges enrichissants, les bénévoles de Dans Ma Rue se sont rendus compte qu’outre les difficultés d’accès aux soins, aux facilités d’hygiène, ou encore les difficultés des démarches administratives, la question du logement, qu’il soit pérenne ou d’urgence, est un enjeu fondamental pour mettre fin à l'exclusion sociale. En effet, l'insertion d’une personne sans-abri ne peut commencer que par l’obtention d’un logement, comme le montre l’expérimentation "un chez soi d'abord".

C'est pourquoi notre association, inspirée par le dispositif Merci Pour l'invit ! (association Solinum) et l'hébergement conduit par Réfugiés bienvenus, a mis en place des hébergements citoyens, dès janvier 2018.  Certains parisiens ont fait une place dans leur appartement pour des personnes sans-abri, tandis que d'autres ont mis à disposition de Dans Ma Rue leur chambre de bonne. C'est par ce biais que Marius a été hébergé dans une chambre retapée par l'association. Aujourd'hui, il a trouvé un travail ainsi qu'un logement. Vous pouvez retrouver son témoignage ici.

 

Ce type d’hébergement présente des avantages certains face aux autres contrats d’hébergement temporaires réalisés jusque-là : c’est un hébergement de longue durée, sans interruption, qui permet au bénéficiaire d’être totalement indépendant et autonome et ainsi de se sentir plus chez soi qu’hébergé chez quelqu’un. C'est pourquoi nous avons décidé d'agrandir ce dispositif, pour permettre à plus de personnes sans-abri de trouver un logement et s'insérer durablement dans la société. Une volonté partagée avec les associations La Chorba, Cosmos Arts et Solinum qui ont décidé de se joindre à nous pour mener à bien ce projet qu'est l'hébergement solidaire.

Le principe

Paris compte pas moins de 114 400 chambres de bonne et 85% d’entre elles sont inutilisées selon l’Atelier parisien d’urbanisme. Un constat qui fait grincer des dents quand on sait que des milliers de personnes dorment dans les rues de la capitale. L'hébergement solidaire est là pour redonner une utilité à ces chambres inoccupées : permettre le logement et l'insertion de personnes sans-abri.

 

Ce dispositif repose sur le principe d'intermédiation locative. Le propriétaire confie sa chambre de plus de 9m² au collectif d'associations qui se charge d'y faire les travaux  nécessaires, de l'aménager, de l'assurer et de la louer. De son côté, le bénéficiaire reverse une partie du loyer au collectif, partie évolutive en fonction de ses revenus. Cette participation au paiement du loyer permet de légitimer le sentiment de « possession de son propre lieu de vie » et de reprendre le contrôle de sa dignité, le premier pas indispensable pour l'insertion sociale. En parallèle du suivi réalisé par un travailleur social et un éducateur spécialisé, le collectif accompagne la personne hébergée, pour la conseiller, l’encourager, la rediriger et l’aider à mener à bien certaines démarches administratives. Ainsi nous avançons main dans la main sur le chemin de l’insertion sociale.

L'hébergement solidaire est ainsi pensé afin de fournir, d'un côté, un logement offrant autonomie et sécurité à des personnes sans-abri, favorisant leur insertion sociale, et de l'autre,  permettre à des propriétaires n'utilisant pas leur bien, de louer solidaire et sans risque.

On vous en parle...

Vous êtes propriétaire d'une chambre de bonne et souhaitez devenir Hébergeur Solidaire ?